DOULCE MEMOIRE : la renaissance en musique
English | Contact

musique de la renaissance

27-10-2017 à

Paris (75)

Musée du Quai Branly

http://www.quaibranly.fr/fr/

Spectacle avec le Théâtre d'ombre chinois

Spectacle

Pour permettre la rencontre, il nous faut trouver un espace commun, un espace que nous avons tous partagé : celui de l’enfance. Le spectacle que nous créerons avec l’ensemble Doulce Mémoire et le Théâtre d’Ombre de Changsha explorera ce territoire en recherchant toujours la part d’enfance des interprètes, la part d’enfance des spectateurs, la part d’enfance de l’art aussi — avec ce qu’elle comporte d’émerveillement et parfois de mélancolie. En nous appuyant sur la splendeur visuelle du Théâtre d’ombre, nous prêterons l’oreille à un répertoire enfoui loin dans nos mémoires : celui des musiques pour l’enfance, telles qu’elles ont toujours parcouru les musiques populaires, telles qu’elles n’ont cessé d’inspirer les musiques savantes. Toujours, la recherche de simplicité guidera le travail dramaturgique : cette simplicité qui permet en chacun, quel qu’il soit, la résonnance intime.

Pour guider le travail, une forme, un répertoire et une question.

La forme d’abord : celle du conte. Un genre qui, au-delà de ses variations, existe d’une culture à l’autre comme un invariant, signe d’une humanité partagée et toujours avide d’histoires. Un genre qui nous reconduit vers l’enfance, sans pour autant exclure les adultes. Un conte sans conteur, pourtant. Pour dépasser la barrière de la langue, nous nous appuierons sur la fascinante maîtrise du rythme et du récit dont fait preuve, sans recours aux mots, le Théâtre d’Ombre. Avec la musique proche et lointaine de Doulce Mémoire pour déposer la part toujours secrète du conte au creux de nos oreilles.

Un répertoire ensuite, celui de ces chansons qui ont traversé les siècles et dont on ne connaît pas l’origine. Anonymes, conservées dans des manuscrits anciens comme le chansonnier de Bayeux, ou sauvées de la disparition par des passionnés qui les ont recueillies de la bouche des anciens, elles ont bercé l’enfant et consolé les plus grandes douleurs. Ces chansons polies par le temps, chargées d’une puissance émotive mystérieuse constitueront le répertoire musical de notre spectacle.

Et une question, donc. Comment est née la première berceuse ? Une interrogation à la fois simple et insoluble pour rediriger la fable vers la musique, bien sûr, mais surtout pour ouvrir nos imaginaires et nos sensibilités. Et remonter, toujours, vers la rive enfantine, ses opacités, ses enchantements.

Vanasay Khamphommala

Doulce Mémoire
Clara Coutouly, soprano

Miguel Henry, luth & guitare renaissance
Bruno Caillat, percussions
Denis Raisin Dadre, flûtes et direction musicale

avec le Théâtre d'ombre du Hunan

Mise en scène, Vanasay Khamphommala
Création lumières, Juliette Besançon

 

Extrait du nouveau CD Le Printemps de Claude Le Jeune

<
Juin
>
2017
LMMJVSD
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
3456789
Cliquer sur les dates pour voir les évenements du moment et à venir

Discographie

Musique Le Printemps de Claude Le Jeune

Newsletter